AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum, merci à tous d'avoir participé à l'aventure

Les humains [2/3 libres]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Les Épîtres :: Trouver la foi :: Postes vacants
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/08/2015
Camp : Le Mien
Avatar : Buddy Christ
Even God has a sense of humor, look at the platypus
MessageSujet: Les humains [2/3 libres] Sam 8 Aoû - 13:51


Les humains
« Offrez à un humain de nouvelles idées et un costume : il ne tardera pas à vous suivre, cœur et âme. »



Les humains, le contribuable, Mr-Tout-Le-Monde, vous et moi...et les victimes de cette fichue apocalypse qui se trame, en somme. Si l'immense majorité ignore tout des bruits de couloirs du Paradis ou de l'Enfer ou même les manigances des païens, certains ont réussi à capter les ondes radios angéliques et dire qu'ils paniquent serait un euphémisme. Pour les humains lambda, prophètes du dimanche, sorciers amateurs et fidèles des anciens dieux, dur dur d'annoncer que la fin du monde a lieu dans un an.


► Libre ► Pris ► Réservé

Aiden D. Greenstead [prophète] ft. Hugh Dancy
Jeremy T. Penwright [fidèle de dieu païen] ft. Jude Law
Amaranth M. Birdsong [sorcière] ft. Holland Roden




Dernière édition par Le Tout-Puissant le Jeu 15 Déc - 22:46, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypse-tomorrow.forumactif.com
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/08/2015
Camp : Le Mien
Avatar : Buddy Christ
Even God has a sense of humor, look at the platypus
MessageSujet: Re: Les humains [2/3 libres] Sam 8 Aoû - 13:51


Aiden D. Greenstead
Ft. Hugh Dancy ♦ Libre ♦ Négociable




© Aeroplane
Nom : Aiden Darell Greenstead
Une spécificité ? Prophète
Au courant de l'existence de créatures surnaturelles ? Oui
Au courant de l'Apocalypse ? Malheureusement, oui
Métier : Devin professionnel, animateur d'une émission TV de voyance, écrivain spécialisé dans l'occulte
Âge : 36 ans
Nationalité : Britannique (Écossais)
Statut civil : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuel
Caractère : Charlatan - Généreux - Gamin - Ambitieux - Perfectionniste - Rarement pris au sérieux - Blagueur - Doué - Maniaque - Curieux - Charmeur - Joueur - Imprudent - Chanceux - Bavard - Ultra-sociable - Têtu - Optimiste - Narcissique

Il était une fois


Aiden est, ce qu'il se dénomme lui-même un prophète du dimanche. Les prophéties, elles lui viennent quand elles veulent, en général, en plein dîner ou pendant un match de foot. Elles ont un timing parfait. Depuis qu'il est gamin, son cerveau est branché sur les ondes du Paradis et ça lui a déjà joué quelques tours. C'est ainsi qu'il a su que son prof de littérature était un ange et qu'il devait faire attention à ne jamais se faire envoyer dans le bureau de la proviseure. Si les autres bambins disaient à moitié en rigolant qu'elle était le diable, Aiden, lui, savait que c'était une véritable diablesse.
D'aussi loin que remontent ses souvenirs, Aiden a toujours été un charlatan. Déjà, en cour de récré, il démontrait un talent inné pour tricher à tous les jeux, que ce soit aux billes, aux cartes, aux dés. Aiden avait simplement un don pour le mensonge et son visage angélique le mettait toujours hors de cause. Aiden n'était pas un enfant difficile, non, tout le contraire, même si certains auraient pu le considérer comme un enfant pourri-gâté. Il a l'impression d'avoir depuis toujours le don de prophétie et de divination. Oui, parce qu'en plus, il a les deux.
Au début, enfant, il n'y prêtait pas vraiment attention...il rêvait quelque chose et quelques heures, jours voire semaines plus tard, ladite chose intervenait. Quand il avait essayé d'en parler à ses parents, ils n'avaient fait que sourire et répondre « mais oui, mais oui » et Aiden n'avait plus insisté après la troisième vaine tentative. Mais rêver de morts et d'accidents à un si tendre âge n'était pas une des meilleures conditions possibles pour sa croissance. Sa pire vision survint quand il avait dix ans : quelques heures seulement avant leur mort, Aiden avait vu, prédit leur accident. Alors en voyage en amoureux, sans moyen de les joindre, Aiden n'avait pu que rester impuissant, attendant le coup de téléphone fatidique. Confié à sa grand-mère par la suite, il lui raconta tout, ses rêves et ses visions qui l'empoisonnaient littéralement depuis qu'il était tout petit. Et là, il découvrit avec surprise que sa grand-mère elle aussi, avait un don de divination. Moins puissant que le sien et dépendant largement d'outils et d'instruments (en particulier les cartes de tarot), mais bel et bien présent. Elle enseigna à son petit-fils tous les arts divinatoires qu'elle connaissait et c'est aujourd'hui principalement ceux-là qu'utilise Aiden dans ses shows et séances.
Comment il est devenu aussi célèbre ? Pas très important. Il a commencé par écrire des horoscopes et donner des séances de voyance par-ci par-là, et puis, avec son succès (car à l'époque, plus de la moitié de ses prédictions étaient vraies, ce qui était remarquable pour un voyant), il monta petit à petit les échelons de la célébrité jusqu'à avoir sa propre émission télé de divination. Oh, c'est sûr, Aiden ne fait que dire ce que la personne souhaite entendre en paroles sibyllines, mâtinées de juste un peu de vérité pour satisfaire le client, mais ses pouvoirs sont réels. Et très lucratifs. C'est que les prophéties, ça a aussi du bon. Ça lui permet de gagner au lotto assez régulièrement, pas des trop gros gains afin de ne pas attirer l'attention. Aujourd'hui, il vit très très bien dans sa maison à Londres, il aime sa vie et la vie le lui rend bien, en général.
C'est pourquoi il a très peu apprécié qu'un ange débarque chez lui du jour au lendemain et commence à vouloir régler sa vie. Surtout qu'en plus, il a capté via les ondes paradisiaques que la date de l'Apocalypse a été décidée sans même consulter la population. Il n'a pas envie de mourir pour l'égo de Dieu et Lucifer, merci bien.


Mes amis, mes amours, mes emmerdes


Quand du jour au lendemain, vous voyez votre quotidien se faire envahir par un ange à l'air trop sérieux qui tente de se prendre pour votre garde du corps, quand, la veille, vous apprenez que la date de l'Apocalypse a été décidée par ceux d'En-Haut, vous n'êtes pas de bon poil. Surtout quand ça se passe avant que vous ayez pris votre thé. Un dimanche. A six heures du matin. Si Aiden a claqué la porte au nez d'Eremiel à peine le premier mot prononcé, personne ne peut lui en vouloir, l'autre l'a bien cherché. Aiden ignore pourquoi tout d'un coup le Paradis a décidé de lui envoyer un ange (il appellerait bien Eremiel son ange gardien si ça ne mettait pas l'ange de si mauvaise humeur), il sait juste que c'est très incommode. L'ange le suit désormais partout, partage sa maison et refuse de partir, tant et si bien qu'il a dû donner une excuse bidon comme quoi il avait engagé l'ange comme garde du corps pour éviter les commérages dans le quartier. Le pire, pourtant ? C'est qu'ils ne s'entendent pas. Eremiel semble le détester et il est totalement imperméable à l'humour d'Aiden. Il est peut-être prophète, mais il n'est pas faiseur de miracles et le balai, là, il pense qu'il est tout simplement impossible à sortir.

Beaucoup de gens prennent Aiden pour un connard. Il ne s'en formalise pas trop, parce que bon, tant que ses proches savent qui il est, lui, ça lui va. Mais à chaque fois qu'on apprend qu'il héberge occasionnellement des sans-abris ou des réfugiés ou quiconque a besoin d'un toit pour un petit moment, on le regarde toujours avec des yeux ronds. On pense qu'il a forcément un but caché, qu'il peut pas le faire de la bonté de son coeur. Bah...si. Il est plutôt riche et sa maison possède plein de chambres vides. S'il rencontre quelqu'un dans le besoin qu'il estime mériter son aide, il la donne. Apparemment, être gentil, dans ce monde, peut vous causer des soucis. Alors qu'un de ses nombreux colocataires temporaires s'en allait, Aiden est tombé sur une furie blonde commençant à lui tempêter un blabla de droit et d'abus de pouvoir. L'assistante sociale, Cheryl, n'avait pas bien pris qu'il essayait de se substituer au gouvernement en fournissant une aide non déclarée et était persuadée qu'il proposait un logement en échange de faveurs diverses, bref, qu'il prenait ces réfugiés ou SDF pour ses esclaves. Dire que Aiden a été surpris, c'est peu dire. Sur le coup, il a ri, pensant à une blague. L'ange n'a pas apprécié. Mais depuis, il s'est expliqué et ils ont aplani les choses. Cheryl vient régulièrement faire un tour chez lui pour vérifier qu'il n'abuse toujours pas de ses colocataires, mais elle reste de plus en plus longtemps lors de ses visites. Et si quelques unes d'entre elles se sont soldées par un dîner au restaurant ou un cinéma...et bien, qui peut l'en blâmer ? Il a des yeux, c'est fait pour regarder.

Aiden attire les gens bizarres, c'est pas possible autrement. Bon, avec son métier, c'est un peu normal, faut dire, mais quand même...il a la poisse ou quoi ? Il a forcément fallu que ce type en costard débarque un jour où il a envoyé Eremiel à l'autre bout de la ville lui chercher un thé ultra-rare (juste pour se débarrasser du garde du corps aussi accueillant qu'une porte de prison). Quand ce type prend rendez-vous pour une consultation, Aiden n'en pense rien...après tout, c'est sa secrétaire qui s'en occupe, pas lui. Mais quand, dès le départ, il lui demande comment pourrait évoluer la bourse dans les prochaines semaines (il a l'habitude de cette question) et comment va se dérouler l'Apocalypse...bah, il panique un peu. C'était pas un humain, ça, il en était persuadé. Ange, démon ? Il penchait plutôt pour démon. Par automatisme, il a répondu non. De un, parce que la Bourse, c'est vraiment ultra-chiant à prédire et de deux...parce qu'il ne sait pas exactement comment l'Apocalypse va se passer et que même s'il le savait, il n'a pas trop envie de divulguer ça à n'importe qui. La moue suppliante et les gros billets avancés n'y changèrent rien. Aiden est un homme de principes. Histoire de quand même rentabiliser la consultation, il lui a proposé de lui donner son horoscope. Le type en costard a claqué la porte sans un mot, furibard...et sans son horoscope. Des fois, y'a vraiment des gens bizarres.


© Créé par Callahan R. Haywood



Dernière édition par Le Tout-Puissant le Jeu 15 Déc - 22:45, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypse-tomorrow.forumactif.com
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/08/2015
Camp : Le Mien
Avatar : Buddy Christ
Even God has a sense of humor, look at the platypus
MessageSujet: Re: Les humains [2/3 libres] Sam 8 Aoû - 13:51


Jeremy T. Penwright
Ft. Jude Law ♦ Libre ♦ Moyennement négociable




© Blondie
Nom : Jeremy Tobias Penwright
Une spécificité ? Fidèle de dieu païen
Au courant de l'existence de créatures surnaturelles ? Oui, il est un adorateur d'Ishtar mais ne sait rien sur les anges et les démons
Au courant de l'Apocalypse ? Non
Métier : Professeur d'Histoire ancienne à l'université, spécialisé en Civilisation mésopotamienne
Âge : 38 ans
Nationalité : Britannique (Anglais)
Statut civil : Célibataire (c'est compliqué)
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Caractère : Éloquent - Persuasif - Charismatique - Jaloux - Brillant - Amoureux - Susceptible - Orgueilleux - Sanguin - Débrouillard - Volage

Il était une fois


Fils de bonne famille, natif de Londres, deuxième enfant sur trois, Jeremy a eu une bonne enfance, plutôt tranquille et sans rien de remarquable. Pas de drames familiaux, des parents aimants mais pas étouffants, des frères embêtants mais comme tous les frères. Il n'était pas forcément beaucoup plus intelligent que les autres ou plus beau ou plus sportif. Il avait son petit succès auprès des filles, mais n'était pas forcément le plus populaire de tous les garçons. En somme, Jeremy était normal, en tout points de vue. Ni détesté, ni adulé, il avait des amis et ne se fondait pas dans la masse. Rien ne le distinguait réellement des autres...si ce n'était qu'il avait une bonne mémoire, était doué avec les mots et était passionné d'Histoire. Au début, quand il était tout petit, ce furent les dinosaures. A l'heure où les bambins rêvaient d'être pompiers ou astronautes, Jeremy voulait être Indiana Jones. Puis, quand il grandit un peu, il se prit de passion pour les Égyptiens, puis les Grecs. Il se pencha même sur les Étrusques, à l'adolescence. Mais au final, au moment d'entrer à l'université, son intérêt historique se reporta sur la Mésopotamie, le berceau de la civilisation.
Une passion qui l'anime d'ailleurs toujours aujourd'hui, puisqu'il est professeur d'histoire à l'université, spécialisé en civilisation mésopotamienne. Une profession qu'il adore, mais qui n'est pas la plus emballante du monde, il faut bien le dire. Célibataire endurci, il fait pâle figure devant ses frères avocat et docteur, mariés et pères de famille. Les réunions quasi hebdomadaire avec sa mère se finissent souvent par un lassant « et alors, toujours pas rencontré une gentille fille ? ». Autant dire que ça ne l'enchante pas tellement de participer au repas du dimanche.
Ce n'est pas qu'il ne fait pas d'efforts, pourtant, ou qu'il soit impossible à vivre. Il a son lot de relations, mais elles ne tiennent jamais bien longtemps. Soit il se lasse, soit son boulot lui prend trop de temps, soit ça ne colle pas...il n'arrive simplement pas à se fixer et tomber amoureux. Et quand on approche de la quarantaine, les coups d'un soir, mine de rien, ça commence à être un peu plus dur. Alors, au lieu d'essayer d'enchaîner les relations insignifiantes, Jeremy se rend dans un club, quand son célibat le rattrape. Ce n'est pas ce qu'il y a de plus glamour ou de plus acceptable, surtout pour son poste, mais ça trompe la solitude pour la moment.
Et puis, un jour, il l'a vue. Elle. Elle était magnifique, avait le port d'une reine et il la voulait. Et puis, elle s'appelait Inanna, et pour son côté féru d'histoire, ça devait forcément être un signe. Depuis cette première danse, il est son esclave, son fidèle et il ne peut supporter l'idée de s'en séparer.
Au courant de la véritable nature de son amante, il est prêt à tout pour la maintenir en vie. Et pour cela, il a trouvé la parade idéale. Ses étudiants ne sont pas excessivement nombreux mais ils boivent la moindre de ses paroles. Les persuader d'entrer dans un culte à la gloire d'Ishtar s'est révélé du gâteau. Une poignée d'adorateurs dévoués, prêts à faire des sacrifices hebdomadaires à l'effigie de la déesse...sûrement, cela doit l'aider ?
Très franchement, Jeremy sait qu'il se ruine, en payant toutes ces danses et ces nuits avec Ishtar. Il le sait. Mais face à une déesse, l'argent ne vaut rien.


Mes amis, mes amours, mes emmerdes


Une nuit au club comme une autre, et puis, elle est apparue. Inanna, Ishtar, sa déesse. Pour elle, il pourrait tuer, mourir. Depuis qu'il a posé les yeux sur elle, depuis qu'il l'a vue danser, il sait qu'il n'aimera jamais autre femme. Il lui est entièrement dévoué, a converti ses étudiants à son culte, et s'efforce de lui redonner au moins une parcelle de sa puissance d'antan. Cependant, Jeremy le sait, Ishtar survit aussi grâce à ses multiples amants. Jamais domptée, sauvage et insaisissable, il est jaloux de tout autre homme posant les yeux ou la main sur elle. Il a d'ailleurs déjà eu plusieurs altercations malheureuses avec d'autres clients d'Ishtar. Mais il n'en peut rien, il ne peut supporter l'idée qu'elle ne soit pas à lui seul. Son amour ne peut-il lui suffire ?

Aimer une déesse n'est pas facile tous les jours. Une tentative malheureuse pour oublier Ishtar, l'espoir un peu fou de la blesser s'il la trompait, Jeremy est tombé sur Amaranth. Elle était belle, elle était humaine et elle aussi, elle était seule. La solitude les a rapprochés et, le temps d'une nuit, Jeremy a pu oublier la déesse qui a ravi son coeur. Le lendemain matin, ils étaient tous les deux d'accord pour se dire que ce n'était que pour une fois, que ce n'était rien et ils se séparèrent sans histoire. Seulement voilà, il n'arrête pas de croiser Amaranth à la bibliothèque de l'université et, même s'il sait que c'est une mauvaise idée, il se dit que peut-être, peut-être, ce serait mieux s'il parvenait à tomber amoureux de la Française. Elle a du charme, et ils s'entendent bien, une fois qu'ils font abstraction de la nuit passée ensemble. Pour l'instant, Amaranth souhaite qu'ils ne soient rien de plus qu'amis, mais la tension est toujours là. Amaranth pourrait être la fille à ramener à la maison, enfin, si seulement il parvenait à oublier Ishtar.

Ils se sont croisés plusieurs fois au club où Ishtar danse. Une tête familière, de vagues discussions nouées autour de verres sur leur amour des femmes...Rien de vraiment transcendant, en soi. Jeremy sait qu'ils pourraient s'apprécier, tous les deux, ils ont l'air d'avoir à peu près le même tempérament, mais ils viennent de milieux trop différents pour qu'ils dépassent le statut de connaissances, selon lui. Il garde James à l'oeil, cependant, ayant peur qu'un jour il ne s'approche trop près d'Ishtar. Oh, ils peuvent regarder toutes les femmes du club à deux s'ils veulent, mais il ne le laissera pas toucher sa déesse, non.


© Créé par Callahan R. Haywood



Dernière édition par Le Tout-Puissant le Sam 22 Aoû - 22:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypse-tomorrow.forumactif.com
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 01/08/2015
Camp : Le Mien
Avatar : Buddy Christ
Even God has a sense of humor, look at the platypus
MessageSujet: Re: Les humains [2/3 libres] Sam 8 Aoû - 13:51


Amaranth M. Birdsong
Ft. Holland Roden ♦ Prise [Administratrice]




© Brimbelle
Nom humain : Amaranth Morgane Birdsong
Une spécificité ? Sorcière
Au courant de l'existence des créatures surnaturelles ? Non
Au courant de l'Apocalypse ? Non
Métier : Herboriste
Âge : 28 ans
Statut civil : Veuve
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Nationalité : Française
Caractère : Sophistiquée - Cultivée - Douce - Humble - Solitaire - Artiste - Amoureuse des romans - Altruiste - Franche - Ignore sa propre puissance

Il était une fois


Parfois, dans la vie, on a tout simplement pas de chance.
Amaranth aurait tout eu pour être heureuse. Une famille unie, des amis fidèles avec qui elle a encore contact même quinze ans plus tard...un petit ami au lycée qui devint son mari, une petite maison en Normandie. Une vie stable, paisible et totalement satisfaisante. Amaranth était heureuse, Amaranth allait bien.
Jusqu'à ce que son mari soit diagnostiqué d'un cancer.
Décelée trop tard, la maladie était déjà au stade 4 et fut fulgurante. Six mois, c'est tout ce qu'ils eurent. Leurs rêves de fonder une famille, envolés. Son mari, son unique amour, finit par s'éteindre et succomber à la maladie.
C'était il y a deux ans.
Depuis, Amaranth s'est renfermée. Tout le lui rappelait. Leur petite maison, leurs amis communs, son bureau qu'elle n'avait eu le courage de vider, sa tasse préférée toujours dans le placard...plein de petites choses qui ont fait que, pendant un an, Amaranth vécut avec le fantôme de son mari, sans parvenir à s'en détacher et reprendre une nouvelle vie, de peur de lui manquer de respect. Il lui fallut un tout nouveau départ, quitter tout ce qu'elle avait connu, sa France natale, son boulot, ses amis, pour qu'elle puisse à nouveau respirer. Son nouveau souffle, elle le prit à Londres, où elle ne connaissait personne et où elle n'avait rien.
Mais avec son arrivée à Londres coïncida un très étrange événement. Ou plutôt, toute une série d'étranges événements. Tout d'un coup, les objets se déplaçaient tout seuls comme si ils agissaient selon sa volonté. Elle se découvrait une main verte qu'elle ne possédait pas avant, ses plantes poussant de façon presque extraordinaire, même en hiver. Plein de petites choses qui faisaient qu'elle se demandait si elle ne perdait pas la tête.
Par hasard, ce fut sa voisine, une jeune femme propriétaire d'une boutique pour le moins étrange, qui se rendit compte de ces changements et lui dit de quoi il retournait. Apparemment, elle était une sorcière. Amaranth n'y crut d'abord pas, pensant qu'il ne s'agissait que d'une blague de mauvais goût. Mais après plusieurs "tours" involontaires et une démonstration de la part de Mikaela, elle dut bel et bien admettre qu'il y avait peut-être un fond de vérité à tout ça. A croire que le phénomène Harry Potter l'avait atteint tardivement.
Elle découvrit, en fouillant dans son arbre généalogique, que la sorcellerie n'était pas si rare que ça dans sa famille. La dernière sorcière en date ayant été son arrière-grand-mère, qu'elle n'avait presque pas connue. Mikaela lui apprit que normalement, le savoir se transmettait aux générations suivantes mais que le don pouvait sauter des générations...Amaranth n'avait simplement pas eu la chance de pouvoir bénéficier de l'apprentissage de son maître.
Désormais, elle apprend à maîtriser ses dons, mais d'une façon plus pacifique que ce qu'on peut voir dans certains films. Les potions et les sorts, elle les utilise pour aider les gens, les fait passer pour des médicaments naturels. C'est sa thérapie, sa méthode pour enfin aller mieux. Une part d'elle ne peut s'empêcher de penser que si elle avait découvert son don plus tôt, peut-être qu'elle aurait pu sauver son mari.


Mes amis, mes amours, mes emmerdes


Sans Mikaela, Amaranth ne serait pas là aujourd'hui. Elle est profondément reconnaissante envers sa jeune voisine pour avoir reconnu ces phénomènes étranges qui entouraient Amaranth pour de la magie. Elle est désormais son maître et lui enseigne tout ce que Amaranth aurait dû apprendre quand elle était enfant. Cependant, elle résiste aux pratiques plus...noires de Mikaela, que Amaranth ne cautionne pas. Ensorceler les gens ? Ça doit être mal, pas vrai ?

Amaranth est une grande amatrice des bibliothèques universitaires, qu'elle trouve toujours fournies en tout ce dont elle a envie. Jeremy, elle l'a tout d'abord rencontré dans un bar, alors qu'ils étaient seuls tous les deux et elle, un peu pompette. Il avait l'air d'un gentleman et leur discussion était agréable et ça faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas ri ou éprouvé d'attraction pour un homme. Dérogeant à ses habitudes, Amaranth passa la nuit avec Jeremy, tout en sachant pertinemment, le lendemain matin, qu'une telle chose ne se reproduirait pas. Et heureusement, Jeremy semblait d'accord. Seulement voilà, ils fréquentent les mêmes lieux, hantent la bibliothèque de l'université où travaille Jeremy. L'étincelle est toujours là. Et même si Amaranth se dit que ce n'est peut-être pas une bonne idée, qu'il est encore trop tôt, elle ne peut nier que Jeremy est agréable. Mais ils sont juste amis pour l'instant. Amis, c'est tout.

Amaranth a toujours été passionnée de culture grecque et son livre favori, enfant, était l'Odyssée. En version simplifiée, certes, mais elle adorait ces grandes épopées grecques. Alors qu'elle cherchait une méthode pour apprendre le grec et ainsi pouvoir peut-être lire le poème en langue originale, Amaranth est tombée sur Galateia. Elles ont rapidement noué la conversation au sujet de la Grèce quand Amaranth a appris les origines de Galateia, celle-ci lui proposant même de lui apprendre les bases de sa langue. Au fil des conversations, elles se sont trouvé de plus en plus de points communs et aujourd'hui, elles sont amies et presque inséparables. Pourtant, Amaranth sent bien que quelque chose tracasse Galateia ces derniers temps, bien qu'elle refuse de lui dire de quoi il s'agit...elle le lui révélera en temps et en heure, elle suppose.


© Créée par Callahan R. Haywood

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypse-tomorrow.forumactif.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les humains [2/3 libres]
Revenir en haut Aller en bas
 
Les humains [2/3 libres]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Humains - {2/5 Libres}
» Rapport sur les abus de droits humains en 2004-2006
» ROOKIE + AGENT LIBRES
» confirmation de lutteurs libres
» la Commission Intéraméricaine des Droits Humains (CIDH) va poursuivre la Dominic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
APOCALYPSE TOMORROW :: Les Épîtres :: Trouver la foi :: Postes vacants-
Sauter vers: