AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture du forum, merci à tous d'avoir participé à l'aventure

Daniel Andrews aka Mammon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Les Épîtres :: Il faut y croire :: Fiches validées
Hell is empty and all the Devils are here
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 24/09/2016
Camp : Pro statu-quo
Avatar : Matt Bomer
Hell is empty and all the Devils are here
MessageSujet: Daniel Andrews aka Mammon Sam 15 Oct - 21:30


Daniel Andrews
aka Mammon
« Un démon se déhanche comme un groupe britannique pendant le concours de l'Eurovision.»



Entretien avec un(e) démon(e)


Salut toi ! J'me présente, je m'appelle Henri, je voudrais bien réussir ma vie et du coup, je fais une étude sociologique sur les divers groupes qui peuplent cette bonne vieille Terre et, miracle, t'as croisé mon chemin ! T'as du temps à m'accorder ? Ouais ? Super !

Dis-moi, j'suis curieux, si tu m'en disais un peu plus sur toi ? Ton nom pour commencer, ce serait déjà bien ! Daniel Andrews D'accord, d'accord...mais tu n'as pas un autre petit nom ? Tu sais de quoi je parle bien sûr *wink wink* Mammon Je me disais bien que je sentais un truc chez toi ! Hey, hey, dis-moi, t'es placé où dans la hiérarchie, du coup ? Ça m'intéresse ! Prince. Mais bon, j’ai été disgracié très récemment. Petit désaccord avec Lulu. Sur l’Apocalypse. Juste un détail, une broutille, ça passera. Trop fort ! Tu connais peut-être mon pote, je pense qu'il fait partie de la même légion que toi...mais vous êtes peut-être pas du même âge en fait...d'ailleurs, t'as quel âge ? Vieux. Très vieux. Ah oui, tu le connais peut-être pas. Peut-être que vous êtes pas de la même souche ? T'es de quel type, toi, d'ailleurs, si c'est pas indiscret ? De souche angélique.  J’étais méga balèze au Paradis. Enfin, j’étais haut gradé quoi. Et puis il y a eu toute cette embrouille sur les humains et tout ça, et y avait ceux qui les trouvait trop insignifiant pour qu’on les aime autant que l’Emplumé, et blablabla et blablabla. Moi, ça m’était assez égal pour tout dire. Je n’étais pas tellement contre une petite distraction (oui, ce qu’on ne dit pas dans la Bible, c’est qu’on s’embêtait un petit peu.). Du coup quand Lulu s’est rebellé, j’étais chaud pour un peu d’action! Ensuite y a eu le vieux qui nous a regardés avec de gros yeux et un gros BOUM ! puis on a chuté. Le boum est une métaphore hein. Le boum, on l’a entendu quand on a touché le sol. Avant y a eu quelque chose semblable à un gros « AAAAAAAH » mais au bout d’un moment on a arrêté de crier parce que c’était super lassant. Enfin moi en tout cas. Hm, ok. J'ai mon pote qui m'a parlé de bruits de couloir bizarres...tu sais, le Grand Combat Final ? Enfin, ce sont des rumeurs pour l'instant hein...Mais euh, si ça s'avérait vrai, tu pencherais de quel côté ? Juste pour savoir, tu sais... Pro statu-quo. Le Bien, le Mal, ce sont juste des noms qu’on donne au côté qu’on occupe. Et bon sang, qu’est- ce qu’on s’ennuie des deux côtés - d’ailleurs, faut savoir que c’est tout aussi malsain de s’ennuyer d’un côté que de l’autre. Les humains, ils sont cool. C’est chez eux qu’on trouve soit la bonté, soit l’horreur à l’état pur. Alors j’ai le choix entre être obligé de regarderLa mélodie du bonheur jusqu’à la fin de temps si les emplumés gagnent, passer ma vie à bêtement torturer des humains ad vitam aeternam si c’est nous qui gagnons, ou continuer de m’amuser sur Terre. J’ai largement choisis mon camp.

D'accord, d'accord, passons à un sujet plus léger alors...les démons ont une réputation sulfureuse et je me demande, par pur intérêt scientifique bien entendu...tu penches plutôt de quel côté, toi ? Bisexuel Oh, intéressant. Et y'a quelqu'un dans ta vie, en ce moment ? Toujours intérêt scientifique, bien sûr Célibataire.  D'accord, d'accord, arrêtons de parler de tes amours, j'ai compris, ça me regarde pas. M'en veux pas, j'aime bien être au fait des choses !

Parlons un peu de ta vie terrestre à présent, c'est quoi ton occupation ? Trader Pas mal, pas mal. J'adore ton apparence terrestre, au fait, j'ai jamais eu beaucoup de chance avec l'administration, moi, j'ai toujours eu des vieux moches ou des trop jeunes. Toi, on dirait que t'as 30 ans et tu ressembles à Matt Bomer, c'est la classe quoi ! Allez, une petite dernière pour la route et je te laisse tranquille...Comment tu te décrirais, niveau caractère, tempérament ? Pour ceux qui nous lisent, tu comprends, moi je sais tout. Le Bureau Démoniaque se permet de dégager un instant le démon Mammon afin de l’empêcher de mentir honteusement sur sa propre personnalité. Néanmoins, nous vous conseillons de prendre avec des pincettes les propos suivants, les démons n’étant pas connus pour leur honnêteté. Déjà ne serai-ce que parce que le Bureau Démonique n’existe pas. Enfin, d’après nos sources les plus récentes. Nous disions donc, Mammon apparait constamment comme le type a priori plutôt sympathique. Toujours impeccablement habillé, poli, charmeur, constamment le sourire aux lèvres. S’il possédait une bande son qui lui était propre, ça serait un petit morceau de jazz distingué et enjoué. Mais bon, il avait demandé, l’Enfer n’était pas chaud pour le petit morceau de jazz, parce que quand bien  même les humains ont cette drôle de tendance à zapper tout ce qui leur parait bizarre, à un moment quand c’est louche, c’est louche. Enfin bref. C’est vrai qu’il a l’air gentil. Le problème, c’est que de gentil, il n’en n’a que l’air. En vérité, il est du genre plutôt fourbe. Et mesquin.  Ses employés le craignent – plus on reste à côté de lui, et plus il fout les jetons, dans ses bureaux c’est quelque chose qu’on a un petit peu de mal à expliquer -, les syndicalistes le haïssent – il a tout fait pour en même temps, et il leur souhaite bien du courage pour le faire tomber dans un pays aussi libéralisé que la Grande Bretagne-,  et ses collaborateurs l’adorent –enfin, pas trop quand même, il a sacrifié trop d’autres traders et financiers pour qu’il paraisse fiable. Daniel Andrews a pour eux les mêmes avantages et inconvénients d’une centrale nucléaire : c’est super efficace, ça ramène plein de sous, mais on n’apprécie pas trop quand elle se retourne contre vous.  En public, c’est toujours la même chose, aimable mais terriblement insidieux. Du genre à parvenir à ce que quelqu’un ayant le gaz achète une plaque électrique. Son recours à l’ironie quasi constant peut devenir contrariant du côté démoniaque – tous les démons ne sont pas super doués questions double sens quand il s’agit de l’humour, en fait ils ne sont pas doués avec l’humour tout court – mais c’est une qualité qui a l’air de faire mouche du côté humain. Du moins, tant que vous n’en n’êtes pas la cible. Il semble aussi doté d’une intelligence redoutable ainsi que d’un cynisme sans limite couplé à un certain je-m’en-foutisme. Reste à déterminer si c’est son –ancien- grade démoniaque qui lui permet cette nonchalance, ou s’il a tout simplement toujours été comme ça. Autre petit soucis pour un démon, c’est sa répugnance à se salir les mains de façon directe. Le sang, il aime pas. Se battre, pareil. En termes de mal, il pense ergonomie. On fait plus de mal en faisant n’importe quoi avec la bourse qu’en harcelant un seul humain.  Sans doute une des raisons pour  laquelle l’Apocalypse ne l’arrange pas. Il aurait trop peur de froisser son beau costume. Et puis la guerre sur fond de Abba, ça le fait pas question charisme.

Et bien merci beaucoup, ça a été un plaisir de bavarder avec toi ! A une prochaine fois peut-être ?


Il était une fois


Tout commence il y a super longtemps. Tout le monde était encore au Paradis. Lulu et le Paternel étaient contents. La Mélodie du Bonheur n’était pas encore sortie. Enfin bref, tout allait bien. Sauf pour Mammon qui s’ennuyait ferme. Au début c’était super bien. Lui aussi se roulait tout nu dans l’herbe avec ses frères en chantant les vertus de l’amitié et de la gentillesse. Bon ça n’a duré qu’un temps. Il y avait toujours des anges qui continuaient de se comporter de manière bizarre, si bien qu’aujourd’hui de tels agissements les feraient se retrouver en taule pour exhibitionnisme. Ou abus de substances illicites, allez savoir.  Mais au bout d’un moment, Mammon, lui, a commencé à se mettre de côté parce que le jeu l’ennuyait. Puis à les regarder d’un air franchement consterné. Ca a duré un temps, puis le Paternel a décidé de foutre le bazar en créant les Hommes. Pendant que tout le monde s’engueulait pour savoir s’ils étaient réellement dignes d’être aussi aimés que le Grand Coincé et si ce dernier n’avait pas reçu un choc récemment, Mammon regardait les humains.  Lui s’en foutait un peu des querelles des autres. Il les trouvait vachement sympas les nouveaux. Surtout Lilith en fait. Il a eu deux trois conversations avec elle quand elle était encore au Paradis. Elle était à la fois super rigolote et super intelligente. Du coup, il était super contrarié quand ils ont réussi à la faire fuir – en même temps, rien de surprenant à cela -, et qu’ils l’ont remplacée par cette cruche d’Eve. Alors faute de pouvoir s’amuser avec des humains cons comme les blés, quand l’engueulade dégénéra en guerre civile, Mammon a rejoint Lucifer et ses potes parce que c’était plus rigolo de ce côté-là, et qu’ils promettaient un peu plus d’action. Et de l’action, ils en ont eu. Surtout quand ils ont chuté. Pour donner une idée, c’était un peu comme un grand huit, sauf que ça durait plusieurs jours. Mammon n’était peut-être pas celui qui l’a vécu le plus mal. Contrairement à Lulu, il n’était pas éperdu d’amour pour le Paternel. Beaucoup moins que les autres en tout cas. Et puis Lilith a débarqué et ça a eu l’air de redonner du poil de la bête à Lulu. En termes de crasses, elle avait l’air de s’y connaitre un rayon. Avec le départ d’Adam et Eve de l’Eden, Mammon a définitivement compris qu’il avait eu raison d’avoir de la sympathie pour elle. Et le couple pas intéressant a fini par avoir des enfants, puis d’autres et d’autres. C’est à partir de ce moment là que les choses sont devenues intéressantes pour Mammon.

D’abord très éparpillés, les hommes ont commencés à échanger des choses entre eux, les rapprochant ainsi d’avantage. Sur le coup, tout le monde a été un peu contrarié, envoyant donc Mammon en éclaireur voir ce qu’il se passait. Et c’est là qu’il eu un coup de génie. Du style tellement énorme qu’on ne peut en avoir qu’une fois dans votre vie, mais que ce coup de génie va influencer une planète toute entière. Et ce dernier partait d’une simple observation : ce bidule hautement indésirable, on pouvait le transformer en un truc absolument fabuleux. L’argent. Toute sa vie tourna donc autour de ça : il fut banquier, créancier, marchand, conseiller financier, directeur des finances… Il a à peu près tout fait. Et autant être clair : il s’est éclaté. Les chiffres, c’était son truc. L’ergonomie et le mal efficace aussi. Rien ne servait de torturer des décennies une même âme. Un petit coup de pouce et les humains s’en chargeaient tous seuls. Parfois, même pas besoin d’un coup de pouce. Regardez Jeanne d’Arc. Sur ce coup là, il n’y était vraiment pour rien ! En tout cas, la seule existence de l’argent en elle-même suffisait à ce que les âmes humaines se noircissent : meurtre, suicide, escroquerie… On ferait tout pour faire partie du système et sortir de l’enfer sur Terre, quand bien même ça vous enverrai direct dans celui réel. En parlant de ça, il y a quand même eu certaines de ses inventions qui l’ont bien fait rire. Comme le don pro-anima : pousser les nobles à donner de l’argent en leur faisant croire que ça les sauverait de l’enfer malgré leur vie disons, mouvementée, il en rigole encore.

Le siècle qu’il a trouvé le plus passionnant ? Êtes-vous réellement étonné si l’on vous dit que ça a été le XIXe siècle ? A vrai dire, il est un peu jaloux car il ne fut même pas le premier à imaginer le système capitaliste tel qu’il a été conçu à cette époque – quand il disait que les humains étaient d’une imagination sans bornes. Parfois, ils arrivent presque à le faire flipper. Enfin bref, autant dire que la Révolution Industrielle et ses millions d’ouvriers exploités pour que dalle, il a adoré. Il eut tôt fait d’immigrer en Grande Bretagne, petite île riquiqui qui devenait l’épicentre d’un système qui se mettait en marche et qui devenait le centre du monde. Faut pas s’étonner que le Londres de l’époque fut gorgé de démons, vu le nombre de personnes désespérées trainant – le terme n’est pas seulement à prendre au figuré - dans le coin. Parqués dans des bouts de villes insalubres, malsains dans tous les sens du terme et surpeuplés, et gagnant juste de quoi survivre pour continuer de se faire exploiter un peu plus.

Bon. Il s’était bien éclaté, mais il avait tout de même un petit peu déconné. Et c’est l’arrivée du petit moustachu – pas Hitler, Karl Marx – qui le lui fit comprendre.

Il avait toujours tout plutôt bien maitrisé, concernant l’argent. Ca lui revenait toujours en sa faveur. Même la Révolution Française, à laquelle il avait adoré participer pour que la bourgeoisie friquée ait enfin accès au pouvoir politique, il l’avait contrôlée. Mais bon sang, il ne s’était vraiment pas attendu à ce qu’un petit bonhomme avec une tête toute bizarre, lui-même faisant partie de la bourgeoisie, aille expliquer aux bouseux que s’ils s’y mettaient tous ensemble, ils pouvaient renverser le système. Ce qui fit le plus flipper Mammon ? C’était que ce con avait raison. Enfin, il n’était pas trop sûr pour le paradis sur Terre où la machine permettrait à l’Homme d’être heureux sans travailler, mais pour ce qui était de renverser le système, l’Histoire – et les Russes aussi – montrèrent qu’il avait raison. Avant même la révolution bolchévique, Mammon flippa comme il n’avait jamais flippé et comprit qu’il fallait tourner une nouvelle page s’il voulait que son système adoré continue de se construire. L’exploitation d’une majorité pour une minorité, c’était has been. Il fallait que la majorité rentre dans le système. Et qu’elle soit heureuse d’en faire partie.

Un petit voyage aux Etats-Unis et il insuffla à Ford que s’il augmentait les salaires des employés et diminuait leur temps de travail, il diminuait non seulement le taux de roulement, mais il donnait également à ses employés le pouvoir d’acheter. D’acheter des autos Ford. Et BIM ! Société de consommation. Enfin c’était plus long et compliqué à expliquer que ça, mais bon, on ne va quand même pas vous faire un cours d’Histoire. Après ça, tout est repartis sur des roulettes pour Mammon, qui a pu continuer de s’enrichir et de se frotter les mains face à un monde allant de plus en plus vite et tournant de plus en plus autour de l’argent. Quant au communisme ? Oh, une bonne Guerre Froide, quelques incompréhensions par ci par là, des dictateurs type Mao et Staline ainsi que plusieurs millions de morts dues à des répressions et pouf ! fini les conneries. Place à Regan et Thatcher. Ah, Thatcher. Economiste brillante, et super mauvaise sociologue. Super mauvaise humaine presque. Il doit avouer qu’il l’adorait celle-là. Et qu’il a eu la larme à l’œil quand elle a quitté le gouvernement britannique.

Et les histoires d’affrontement entre le Bien et le Mal dans tout ça ? C’était bien simple : avec les siècles, Mammon avait apprit à s’en tamponner. Il s’en foutait déjà un peu il y a plus de 6000 ans – oups, petit spoil sur son âge, c’est fâcheux -, il n’allait pas s’y mettre au XXe siècle. Ni au XXIème siècle d’ailleurs. Sa présence et son activité en elles-mêmes créaient le mal, même pas besoin de se salir les mains ! En fait, il n’aimait pas trop se salir les mains. Agir à grande échelle en pensant ergonomie était tellement plus facile. Tellement plus jouissif. Et puis il était toujours prince et fidèle à Lulu, alors autant dire que tout roulait.

Jusqu’à son deuxième pépin historique, encore plus fâcheux que le communisme. L’Apocalypse. Il devait dire qu’il ne comprit pas pourquoi. L’apocalypse, c’était dépassé, tout roulait tellement bien ! Autant dire que vu la situation, le Bien perdait d’office, pas besoin de rentrer dans des querelles d’égo ! Il y avait juste besoin d’allumer la télé, alors pourquoi vouloir revenir à une engueulade de plusieurs milliers d’années ? Pourquoi maintenant alors que c’était évident qu’ils avaient l’avantage ? Ils n’auraient pas pu faire ça pendant le XIVe siècle ?! Mammon essaya de faire comprendre ça à Lucifer. Qui n’apprécia pas du tout. Et le dégrada de son titre de prince avant d’aller bouder. Tout seul dans son grand bureau en haut de la City, Mammon ne comprit pas tout de suite. Bah quoi, ils étaient potes quand même ! Et puis, il était sensé être le plus brillant de tous, comment pouvait-il passer à côté d’un truc pareil et être aussi en retard dans sa tête ? C’était décidé, pas parce qu’il était dégradé qu’il n’avait plus de pouvoir. Sur cette terre, il était le roi. Et ho, il allait quand même pas laisser un complexe bizarre de conflit père/fils un peu tordu pourrir son système et les faire tous sombrer dans l’ennui le plus profond – quand bien même il serait précédé d’une effroyable boucherie. Et puis les humains, il les préférait vivants plutôt que morts. En fait, il les aimait bien. Il les avait toujours bien aimés – pour peu qu’ils aient un peu d’intérêt. Alors quitte à ouvrir les yeux de Lulu de force, il empêcherait l’Apocalypse. Tous les coups sont permis, toutes les alliances aussi. Il fallait juste qu’il retrouve ce foutu gosse.


Dessine-moi un mouton


Le ciel noir mettait en relief les lumières urbaines qui brillaient de milles feux. Depuis la vue du gigantesque bureau quasi entièrement vitré de Daniel Andrews, autrement appelé Mammon - à ne pas confondre avec Maman -, la vue sur la City et Londres était imprenable. Magnifique même. Et le tableau était absolument gâché par Mammon – non vraiment, il ne faut pas confondre, s’il venait un jour à vous préparer des cookies chauds, c’était qu’il y avait un énorme problème – en train de danser très mal et de chanter très faux sur Dancing Queen de Abba. Il avait tout de même vérifié que plus personne n’était dans les bureaux pour se lâcher ainsi. C’était comme ça, il adorait Abba. Il n’avait aucune idée de pourquoi mais c’était plus fort que lui. Si un jour on le découvrait comme ça, il était foutu. Il aurait un mal fou à calmer tout le monde. Pour le moment, tout le monde le voyait comme le trader distingué et charmant dans son énorme bureau très design – il n’avait jamais comprit cette manie des designers à faire des meubles très anguleux, enfin passons – mais si un jour quelqu’un le chopait en train de s’enjailler au son de la voix d’Agnetha Fältskog et Anni-Frid Lyngstad, il n’était pas sûr que cette image tienne. Sa préférée, c’était même pas Money Money en plus, même s’il lui trouvait des accents rassurants. Les rares fois où il ne parvenait pas à s’endormir, il l’utilisait comme berceuse.

C’était à peu près dans cette situation que l’avait chopé Lucifer quand il lui avait demandé pourquoi diable il essayait de foutre en l’air l’Apocalypse, alors qu’il était sensé être de son côté. Mammon l’avait apprit quand le démon trop soûl avait parlé – il ne voudrait vraiment pas être à sa place par ailleurs – et avait tout de suite commencé à chercher le gosse. Avant même de parler avec Lulu en fait. Il n’était pas con non plus, il savait qu’il était têtu. Et puis Lucifer avait fait pareil en ne mettant au courant de ses plans que des démons assez bas dans la hiérarchie, et dont on pouvait facilement se débarrasser. Imaginez la surprise quand d’un coup, le Donald Trump diffusé depuis son énorme écran plasma s’était mis à lui parler avec la même voix qu’Agnetha et Anni-Frid. Il en avait poussé un cri très peu viril accompagné d’un petit sursaut en arrière qui l’était tout aussi peu. La suite de la conversation avait eu un côté tout particulièrement surréaliste, pas besoin de détailler pourquoi. Il avait eu un peu de mal à se concentrer sur ses arguments, et la conversation s’était finie de façon désastreuse. Mais au moins, Donald Trump avait reprit sa voix normale et avait cessé de lui parler, ce qui était tout de même un soulagement. Quand même, ce type pourrait mettre mal à l’aise Voldemort. Pas besoin de se demander où il finirait une fois mort.

Depuis cet épisode, Mammon n’avait pas chômé. Il avait contacté un prophète qui l’avait envoyé bouler –il réessayerai à l’occasion, peut-être en écarquillant un peu plus ses yeux de chat potté, les humains aiment bien les chats -, ainsi que quelques dieux païens visiblement un peu grognons du fait qu’on ne leur ait pas demandé leur avis à propos de l’Apocalypse. Fallait pas s’étonner. Lucifer n’avait même pas prévenu les vieux copains. Joli sens de l’amitié et de la camaraderie, vraiment. Il lui avait tout de même fait l’honneur de ne pas lui envoyer de la chair à canon pour essayer de l’éliminer. Il devait savoir qu’ils ne tiendraient pas deux secondes. Il faudrait qu’il contacte Lilith aussi. Et qu’il détermine s’il y avait des Anges aussi peu enclins que lui à ce que la fin du monde ait lieu, ou à défaut, des Anges aussi influençables et malléables que la toute petite mignonne Raelyn. A chaque fois qu’il la voyait, il avait envie de pousser des petits « ooooooh » attendris. Mais ça ne serait pas super discret.

Un petit miaulement se fit entendre tandis qu’un chat blanc sauta sur son grand bureau et appuya involontairement sur un bouton, faisant ainsi perdre plusieurs milliards à une entreprise spécialisée dans les assurances. Mammon se précipita vers le matou, avant de le prendre en dessous des pattes antérieure et de mettre son museau en face de son visage.

« Roooh, méchant chat ! Vilain matou ! »

Dit-il en lui faisant des caresses rapides avec le nez contre son museau, avant de l’embrasser sur le haut du crâne. Le chat, lui, n’avait absolument rien compris parce qu’il lui parlait exactement de la même façon que lorsqu’il se mettait en tête d’avoir une séance câlin avec lui. Les actions de la boite d’assurance ? Boarf, pas grave. Ca ferait sans doute plus de monde en enfer. Et puis aucun risque que ça lui retombe dessus. C’était lui le chef. Le démon s’assit sur le long sofa blanc de son bureau en continuant de câliner la boule de poil. Mammon l’avait nommé Lucifer, parce qu’il adorerait pouvoir se comporter de la même façon avec le vrai quand il était ronchon. S’il le faisait réellement, il était à peu près sûr que l’ange déchu serait tellement surpris qu’il ne penserait même pas à le punir. Non, à ce stade là, il l’enverrait peut-être directement consulter.


De l'autre côté du voile


Pseudo : Red
Âge : 19 ans
Joues-tu un inventé ou un prédéfini ?: Un prédéfini mais bon, c’est moi qui l’ai créé ->
Comment as-tu découvert le forum ? Je le suis depuis le début du projet *_*
Comment le trouves-tu ? Super cool *_*
Code du règlement : Okay by Cal What a Face
Quelque chose à ajouter ? Nope ! XD




Dernière édition par Daniel Andrews le Sam 10 Déc - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypse-tomorrow.forumactif.com/t74-daniel-andrews-aka-mammon
Patate cosmonaute
avatar
Messages : 53
Date d'inscription : 24/09/2016
Avatar : Holland Roden
Patate cosmonaute
MessageSujet: Re: Daniel Andrews aka Mammon Dim 16 Oct - 11:48
Bienvenuuuuuuuuuuuuee sadique

Ouais je m'incruste. Je me ferai taper par Cal, mais pas grave je passe en mode rebelle de la forêt sur ta fiche What a Face




-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Let your life be like Angel Food Cake...sweet and light
avatar
Messages : 278
Date d'inscription : 01/08/2015
Camp : Pro-statu-quo
Avatar : Sam Claflin
Let your life be like Angel Food Cake...sweet and light
MessageSujet: Re: Daniel Andrews aka Mammon Dim 16 Oct - 13:54
fouet

C'est tout ce que j'avais à dire pour toi, sale rebelle What a Face

Ah et oui...JE VEUX LE CHAT QUI S'APPELLE LULU excited




- KNOCKIN' ON HEAVEN'S DOOR -

Mama take this badge from me I can't use it anymore It's getting dark too dark to see Feels like I'm knockin' on heaven's door Mama put my guns in the ground I can't shoot them anymore That cold black cloud is comin' down Feels like I'm knockin' on heaven's door ▲ Bob Dylan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypse-tomorrow.forumactif.com/t51-callahan-la-vie-c-est-comme-une-boite-de-chocolats
Hell is empty and all the Devils are here
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 24/09/2016
Camp : Pro statu-quo
Avatar : Matt Bomer
Hell is empty and all the Devils are here
MessageSujet: Re: Daniel Andrews aka Mammon Dim 16 Oct - 15:33
C'EST MON CHAT! PAS TOUCHE *_*




img

We can be Heroes, just for one day
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apocalypse-tomorrow.forumactif.com/t74-daniel-andrews-aka-mammon
Patate cosmonaute
avatar
Messages : 53
Date d'inscription : 24/09/2016
Avatar : Holland Roden
Patate cosmonaute
MessageSujet: Re: Daniel Andrews aka Mammon Dim 16 Oct - 16:55
Tant que ce n'est pas une chatte ... sadique

et au passage je veux un smiley porte ou dehors chef ! sex suspicious




-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Daniel Andrews aka Mammon
Revenir en haut Aller en bas
 
Daniel Andrews aka Mammon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Like a flower [Daniel]
» Daniel Elie demande un audit de sa gestion
» Daniel Edouard, boxe ayisyen, chanpyon WBA pwa mwayen latin/ameriken
» Invitation au voyage (Daniel)
» LOIN D'ÊTRE UNE FARCE LE CATHOLICISME ,UNE FORCE MORALE POUR DANIEL ROUZIER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
APOCALYPSE TOMORROW :: Les Épîtres :: Il faut y croire :: Fiches validées-
Sauter vers: